La charte


Dans la perpective d'un projet territorial visant notamment à préserver le site de l'urbanisation, le Conseil Général du Val de Marne a missionné l'association du parc de la Ferme des Meuniers (Villeneuve-le-Roi) pour l'accompagnement des acteurs du territoire.

Cette démarche a abouti à la rédaction d'un document la charte de référence « Une terre pour apprendre » co-construite avec les acteurs du site. En voici ci-dessous une version résumée.


Le choix du sens
Le morcellement actuel de la société est porteur d’exclusion, de repli sur soi, d’isolement et de peur de l’autre. Il est générateur de méfiances et de soupçons, y compris dans la représentation politique. Depuis plusieurs décennies les pouvoirs publics consacrent beaucoup d’énergie et d’importants moyens dans l’espoir d’endiguer le démantèlement du tissu territorial et la dégradation du lien social, sans véritablement y parvenir. Notre ambition est de créer un projet qui réponde au besoin de co-construire, un nouveau sens commun :
  • sur la forme, en mettant en valeur un espace encore vierge de toute urbanisation qu’il convient de préserver dans sa vocation agricole ;
  • sur le fond, en partant de la mobilisation des habitants et des forces vives du territoire, d’ouvrir un espace de réflexion, de recherche et d’action sur la question de la ville dans sa dimension d’invention de l’espace public, de territoire commun, de lieu pour la démocratie. C’est une invitation à une approche collective pour imaginer des réponses alternatives aux questions sociétales, du vivre ensemble, du droit à l'existence, à l'épanouissement et à la dignité de chacun.


Les objectifs élaborés, partagés et portés par les acteurs associatifs, économiques et institutionnels


constitue la richesse de ce lieu ressource au service de tous. 


 constituent la richesse de ce lieu ressource au service de tous. Préserver et valoriser les terres agricoles

 du Haut Val de Marne dans une perspective de « développement soutenable » en y aménageant un

 espace collectif, démocratique, participatif, auto-géré, à vocation récréative, sociale et éducative. Les

 enjeux environnementaux impliquent un devoir collectif d’inventer un autre mode de vie plus

 universel, respectueux des ressources naturelles et de l’environnement en privilégiant l’agriculture et

 l’élevage biologiques à chaque fois que cela est possible.

Le Conseil général fait le choix de piloter le projet dans une démarche de soutien et d’accompagnement aux dynamiques de ces différents acteurs.

Un lieu ressource pour le territoire et les habitants
L’ambition partagée de ce projet consiste à en faire un lieu ressource, au service du territoire qui, par sa diversité d’acteurs et d’activités, par son ouverture et sa démarche, autorisant à chacun, quel qu’il soit, à exister à partir de son savoir-faire ou de son savoir être. Cette possibilité de « faire avec » dans une absence totale de stigmatisation autorise la parole qu’il suffira d’accompagner.
Un des grands enjeux du projet des Bordes est de mailler les missions du Plan Départemental d'Insertion, notamment la volonté de « ne pas restreindre l’accompagnement de l’habitant exclu par l’apport d’une sécurité physique et matérielle mais de travailler à la restauration de la confiance entre les personnes fragilisées avec la société qui les entoure », avec les objectifs de maintien et de développement de l’agriculture urbaine, en respectant le défi d’équilibre entre nature et ville et l’objectif de sensibilisation et d’encouragement aux énergies renouvelables.


Une terre pour apprendre
La Plaine des Bordes veut être un lieu d’épanouissement des envies, de partage des expériences et des savoir-faire dans le but d’en faire une richesse collective, en particulier intergénérationnelle. Ainsi il s’agit de permettre à chacun de partager ses passions, ses envies, de fédérer toute cette richesse d’intérêts particuliers et singuliers au service d’un projet collectif. Il faut accepter et valoriser la diversité pour construire l’unité.
Le lieu affiche la volonté de développer de nouveaux espaces de solidarités actives tout en mariant économie solidaire et insertion sociale avec éducation à l’environnement autour des supports animal et végétal, de l’écologie et de la biodiversité.
Notre projet souhaite promouvoir l’agriculture biologique locale, socialement équitable et écologiquement saine à travers des circuits courts générant la découverte mutuelle et le lien social entre citadins et agriculteurs. Nous souhaitons promouvoir la proximité à chaque étape, de la production à la consommation en passant par la transformation et les échanges marchands ou non à travers une information et une action citoyenne qui facilite l’accès et l’éducation de tous à une alimentation issue de cette agriculture.
C’est surtout un terrain d’expérimentations de démocratie participative et active. C’est en effet par la co-élaboration et la co-réalisation, que chaque projet d’acteur doit être entrepris. Cette méthode vise à restituer ou à révéler, pour chacune et chacun des participant(e)s, sa capacité à être pleinement acteur. Il doit ainsi ouvrir à tous la possibilité d’exercer ses droits et devoirs de citoyen, co-responsable et acteur de la société dans laquelle il vit.

Souhaitons que ce projet, « une terre pour apprendre » soit une expérience utile et riche d’enseignements pour faire face, ensemble, aux enjeux de notre temps : sociaux, environnementaux et économiques.

Aucun commentaire: